La Villa Cavrois : l’œuvre de Mallet-Stevens

Villa Cavrois

Naissance et renaissance d’une œuvre architecturale

Prenez les manteaux, écharpes, gants et bonnets : on part dans le Nord. Pas n’importe où dans le Nord : juste à côté de chez moi (vous en apprenez un peu plus sur moi au fur et à mesure…). Je sais, au niveau climat, ce n’est pas la meilleure période, mais croyez moi, cette visite le vaut bien. C’est près de Lille que je vous emmène, à Croix exactement, pour visiter la maison Cavrois.

 

Cavrois
Villa Cavrois – Croix – Crédit photo : Takahashi

Cette villa a une très belle histoire, un peu conte de fées.  Je vais vous en donner les grandes lignes en espérant vous donner l’envie, si ce  n’est de vous rendre à Croix pour la visiter, au moins pour voir le site qui lui est consacré.

Paul Cavrois, industriel du textile, commande, en 1929, une villa  à l’architecte Robert Mallet-Stevens, avec pour principales attentes : « air, lumière, travail, sports, hygiène, confort et économie ». Il souhaite pour sa famille un cadre de vie sain, confortable et moderne. Il lui laisse toute liberté  pour concevoir la maison familiale, la seule condition étant de respecter le budget.

La maison est inaugurée trois ans plus tard… on ne le sait pas encore mais elle deviendra l’œuvre emblématique de Mallet-Stevens.

En effet, bien plus qu’une villa, c’est un château moderne que Mallet-Stevens livre à la famille Cavrois. Ses dimensions sont impressionnantes : elle a une façade de 60m de long,  et 2800 m2 de plancher. Elle est d’avant-garde : de nombreux toits-terrasses,  un équipement de pointe : ascenseur, chauffage central….

Et Mallet-Stevens ne se contente pas de l’architecture, il dessine tout le décor et le mobilier : c’est une œuvre aboutie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la villa Cavrois est occupée par l’armée allemande et transformée en caserne. Au lendemain de la Libération, les Cavrois font modifier la distribution intérieure de la villa par l’architecte Pierre Barbe, qui aménage deux appartements pour les fils de la famille.

À la suite du décès de Madame Cavrois, en 1986, le mobilier dessiné par Mallet-Stevens est dispersé et la villa est mise en vente. Acquise par un promoteur immobilier, la demeure est promise à la destruction et le parc est loti. Le classement au titre des Monuments historiques en 1990 ne suffit pas à sauver la villa : le propriétaire la laisse volontairement se dégrader sous l’action conjuguée des squatteurs et des pillards.
En 2001, l’État achète la villa et la partie centrale du parc. D’importants travaux sont immédiatement engagés par la direction régionale des affaires culturelles – DRAC du Nord-Pas-de-Calais pour restaurer le clos et le couvert.

Treize ans sont nécessaires pour restaurer la villa et son parc dans leur état de 1932. Ce chantier exceptionnel a nécessité des recherches historiques et archéologiques pointues, et a mobilisé les savoir-faire d’artisans hautement qualifiés, afin de restituer le plus fidèlement possible le dessein de Mallet-Stevens. Et je le dis : ils peuvent être fiers du résultat et de leur travail.

A cette très belle visite, s’ajoute une anecdote personnelle, que je partage avec vous. Ma famille maternelle est originaire de Croix,  et ma Maman a bien connu la maison Cavrois, notamment pendant la période d’occupation : après le départ de l’armée allemande, la maison est restée inoccupée quelques temps, et les petits croisiens ont trouvé dans ce château une aire de jeux digne de ce nom ! Parmi eux, il y avait Maman.  C’est avec beaucoup de plaisir qu’elle m’a donc accompagnée pour admirer la renaissance de la Villa Cavrois, et me faire partager ses souvenirs au fur et à mesure de notre visite. Je garde de ce moment Emerveillement et Emotions.

Site web : http://www.villa-cavrois.fr

Enregistrer

Enregistrer